Comment réussir la deuxième partie du brevet français ?

Deuxième partie du français : la rédaction

 

L’épreuve de la rédaction dure 1H30 ; elle est notée sur 40 points.

Le sujet de la rédaction est toujours relié au thème étudié ; vous pouvez donc vous servir du texte et des questions de la première partie de l’épreuve.

Vous avez la possibilité de vous servir d’un dictionnaire.

Deux sujets au choix sont proposés au candidat. Il n’y a pas de mauvais choix mais ne mettez pas pas plus d’une petite dizaine de minutes pour vous décider. Une fois cette décision prise, ne changez plus. Nous détaillerons la méthodologie pour chacun de ces deux sujets dans la suite de l’article.

Commencez votre travail au brouillon ; pensez à regarder régulièrement votre montre (car vous avez pris une montre, le portable est interdit…) et gardez-vous 25 minutes pour passer au propre et 10 minutes de relecture : vous devez donc impérativement arrêter votre brouillon au moins 35 minutes avant la fin de l’épreuve : vous ne pouvez pas rendre votre brouillon.

Ne vous découragez pas, faites de votre mieux en utilisant tout le temps qui vous est imparti.

 

Choix 1 : sujet de réflexion

 

Le sujet de réflexion consiste en une question d’ordre général sur laquelle vous êtes invité à donner votre avis. Cette question est toujours reliée au thème étudié (texte avec questions).

Votre réponse doit être structurée : lancée par une introduction, argumentée dans le développement et synthétisée dans la conclusion.

 

L’introduction

Ce thème ou le texte étudié peuvent servir de lancement pour votre introduction (citez-les précisément et correctement).

L’introduction sert à :

définir la question qui vous est posée. Vous pouvez reprendre les mots du sujet si vous n’arrivez pas à le reformuler à l’aide de synonymes précis et justes.

indiquer les étapes que suivra votre développement (votre plan).

 

Le développement

Vous y défendrez une thèse qui constitue votre avis. Il n’est pas nécessaire de défendre deux opinions contradictoires. Si vous le faites, terminez par l’opinion qui vous paraît la plus solide.

Votre thèse doit être défendue par plusieurs arguments accompagnés d’exemples. Insérez-les dans votre texte à l’aide d’une phrase. Vos exemples peuvent être tirés de vos lectures, de films, de l’actualité ou de l’Histoire, de votre expérience personnelle.

>>Ne mettez pas Ex : « ».

Mais utilisez des phrases comme :

Par exemple, nous pouvons citer l’oeuvre// Pour illustrer notre propos, nous nous référerons à.

Ainsi, dans le roman autobiographique de Romain Gary, La Promesse de l’Aube

 

La conclusion

Le sujet de réflexion s’achève par une conclusion qui propose une réponse précise à la question étudiée. Elle énonce donc un avis clair déjà exprimé dans le développement (ou au moins une partie, si possible la dernière).

 

Conseils pour rédiger

  • L’introduction et la conclusion ne forment qu’un seul paragraphe (respectivement).
  • Chaque paragraphe commence par un alinéa.
  • Intégrer des connaissances littéraires ou artistiques relatives à une œuvre, un courant littéraire…
  • Ne titrez pas vos différentes parties.
  • N’utilisez des guillemets que pour des citations exactes.
  • Chaque paragraphe de votre développement est introduit par un connecteur.

Voici des exemples de connecteurs utiles dans le sujet de réflexion, pour marquer qu’on :

  • commence : premièrement, d’une part, tout d’abord, en premier lieu…
  • poursuit : d’autre part, de plus, en outre, par ailleurs, passons maintenant à…
  • donne un exemple : ainsi, notamment, par exemple, prenons le cas de…
  • explique : c’est-à-dire, en effet, cela se comprend du fait que…
  • oppose : cependant, malgré cela, toutefois, certes, au contraire…
  • termine : enfin, en définitive, en dernier lieu…

 

Etapes de votre travail au brouillon

  • Comprendre et reformuler ou reprendre la question.
  • Chercher le maximum d’arguments et les exemples qui les illustrent
  • Sélectionner et numéroter vos arguments
  • Rédaction de l’introduction et de la conclusion

 

Choix 2 : sujet d’imagination

 

Les étapes suivantes détaillent le travail au brouillon. C’est le travail le plus important, faites toujours un brouillon. N’écrivez pas votre rédaction immédiatement dans votre brouillon pour la recopier telle quelle au propre mais servez-vous de ce moment comme d’une réflexion préalable indispensable pour rédiger un texte construit qui répond au sujet.

Etape 1 : l’analyse du sujet.

Avant de commencer à écrire, je suis capable de répondre aux questions suivantes :

  • Quel type de texte ? Théâtre, texte narratif, poésie, article de presse…
  • Qui ? Les personnages.
  • Où et quand ? Le cadre spatio-temporel (contemporain, médiéval, réaliste…)
  • Quelles contraintes supplémentaires ?

-à quel temps ?
-à quelle personne ?
-dialogue, vocabulaire… imposés ?
Pour m’aider, je peux encadrer ou souligner les informations importantes sur mon sujet.

Etape 2 : Qu’écrire ?

  • Je liste mes idées, ces idées sont liées aux réponses de l’étape 1. Je vais à la ligne pour chaque nouvelle idée.
  • Je regroupe ensuite mes idées par thème (description personnages et lieux, grandes étapes de l’action…) puis je les ordonne ou je les numérote par ordre d’apparition dans le texte.
  • Je peux creuser, préciser les thèmes les plus importants en sous-parties (motivation des personnages, conséquence d’une action… )
  • Je n’hésite pas à barrer une idée que je n’arrive pas à exploiter ou qui ne s’accorde pas avec les autres.

Etape 3 : Comment l’écrire ?

  • Je saute des lignes, même au brouillon, pour retravailler ton texte. Je me serde la marge pour enrichir mes premières idées.
  • Pour chaque étape, je cherche un connecteur spatio-temporel ou logique (un complément circonstanciel de lieu ou de temps, un adverbe de liaison.…)
  • Je ne rédige pas l’intégralité de mon texte au brouillon, mais je rédige les premières lignes, la fin voire les phrases de transition entre mes idées/paragraphes.
  • Je vérifie avant le passage au propre que je ne me suis pas éloigné du sujet.

 

Bonne chance et bon courage à tous !